Messages à la communauté

Les Fonds de recherche et la Politique nationale de la recherche et de l’innovation

Membres de la communauté de la recherche,

En tout premier lieu, je vous souhaite une année 2013 remplie de bonheur, de santé et de découvertes emballantes pour vous, vos étudiants, vos assistants et tous vos collaborateurs. Le plaisir de la découverte est difficilement remplaçable, j’en sais quelque chose!

Les quatre derniers mois ont été des plus fertiles en émotions et en changements de toutes sortes : un nouveau gouvernement élu en septembre; la création d’un ministère, celui de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie (MESRST), et la nomination du ministre Pierre Duchesne; un nouveau budget gouvernemental, qui se traduit par une réduction budgétaire pour les Fonds; la tenue de journées préparatoires qui mèneront au Sommet sur l’enseignement supérieur en février; et une nouvelle Politique nationale de la recherche et de l’innovation (PNRI) prévue pour le printemps! À cela s’ajoutent le développement des plans stratégiques 2013-2016 de chacun des Fonds, dont l’adoption par les conseils d’administration et par le Ministère est prévue pour mars ou avril 2013, les suivis du rapport du Vérificateur général, et j’en passe. Tout en tenant compte de ces changements et initiatives, les Fonds doivent mener leurs activités courantes, notamment la préparation et la tenue des comités d’évaluation, qui culmineront par l’octroi de nouvelles bourses et subventions au printemps. L’année 2013, qui s’annonce pleine de défis, nous tiendra certainement tous très occupés!

Un nouveau ministère

Depuis sa nomination en septembre dernier, j’ai rencontré le ministre Duchesne à plusieurs reprises. Ce dernier est à l’écoute et il soutient la recherche, même si les conditions budgétaires actuelles sont difficiles. À sa demande, je lui ai soumis des recommandations sur plusieurs dossiers, dont le volet Recherche du Sommet sur l’enseignement supérieur, la PNRI, les programmes fédéraux de subventions et de bourses, et le Comité stratégique sur la science et l’innovation (CSSI). De plus, les Fonds et la communauté de la recherche peuvent compter sur des alliés de taille, tant au cabinet (Esther Gaudreault, chef de cabinet et ancienne directrice de l’Acfas, et Benoit Dubreuil, conseiller politique) qu’au ministère (Christyne Tremblay, sous-ministre qui occupait ce poste au ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation-MDEIE, Jean Belzile, sous-ministre adjoint à la recherche qui était aussi à ce poste au MDEIE, et Christiane Piché, sous-ministre adjointe à l’enseignement supérieur qui occupait un poste similaire dans l’ancien ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport et avec qui les Fonds collaborent depuis plusieurs années). Une équipe forte et des plus dévouées.

Il va sans dire que le Sommet sur l’enseignement supérieur est très certainement la priorité du ministre et de son ministère. J’ai participé, à titre d’observateur, aux deux premières rencontres pré-sommet à Québec et à Trois-Rivières. Je serai certainement présent à la journée sur la recherche prévue pour la fin janvier, à Rimouski. Ces rencontres sont intéressantes et permettent de dégager des pistes de discussion et de solution en vue du Sommet de février. Toutefois, il est un peu décevant de constater la maigre place qu’y occupent la recherche et la formation aux études supérieures. Espérons que le Sommet de février permettra de débattre de l’importance de la recherche pour assurer un enseignement supérieur de grande qualité, basé sur l’excellence. Toutes les informations sur les rencontres pré-Sommet sont accessibles dans le site Web du Ministère.

La Politique nationale de la recherche et de l’innovation et les planifications stratégiques

En parallèle au Sommet, les trois Fonds de recherche participent activement à l’élaboration de la nouvelle PNRI, prévue pour le printemps 2013. Cette politique s’inscrit dans la priorité du gouvernement de faire du Québec non seulement une économie du savoir, mais aussi et surtout une société du savoir axée sur le bien commun, tel qu’énoncé dans le discours inaugural de la première ministre. Bien que distincte de l’ancienne Stratégie québécoise de la recherche et de l’innovation (SQRI), la PNRI tiendra compte des résultats des consultations menées par l’Acfas et l’Association de la recherche industrielle du Québec (ADRIQ) et auxquelles plusieurs d’entre vous ont participé. Les rapports de ces consultations ont été soumis au CSSI. Les directeurs scientifiques des Fonds de recherche et moi avons soumis nos recommandations au ministre et à son équipe quant aux priorités de la future PNRI. Celles-ci comprennent, entre autres, le doublement des budgets des Fonds sur cinq ans, la modernisation de la formation de la relève, le soutien aux infrastructures et le financement de grands projets intersectoriels. Nous avons aussi eu l’occasion de discuter de ces propositions lors d’une rencontre avec le ministre à la fin décembre. Il vous est toutefois toujours possible de nous soumettre vos commentaires et suggestions quant à la future PNRI, étant donné que nous en sommes encore dans la phase préparatoire. Le tout devrait être terminé pour le printemps.

Par ailleurs, les trois Fonds doivent soumettre leurs plans stratégiques 2013-2016 au gouvernement au plus tard le 31 mars prochain. Les directeurs scientifiques et leur équipe respective, avec l’étroite collaboration des membres de leur conseil d’administration respectif et du bureau de direction des Fonds, sont à mettre au point les grandes lignes de ces plans préliminaires, qui feront l’objet d’une consultation au cours des prochaines semaines. Ces derniers résultent d’une première consultation auprès de la communauté scientifique, qui a eu lieu l’été dernier, ainsi que de plusieurs séances régulières et d’une séance commune des trois conseils d’administration. Comme pour nos recommandations relatives à la future PNRI, la formation de la relève est prioritaire, de même que le soutien à la carrière des chercheurs ainsi que les collaborations locales et internationales. N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires et suggestions.

Les budgets des Fonds de recherche

La hauteur des crédits que recevront les Fonds de recherche du Québec en 2013-2014, annoncée à la suite du dépôt du budget du gouvernement québécois en décembre dernier, a été décevante et a eu un effet quelque peu déstabilisant. La diminution de budget de chaque Fonds pour l’année 2013-2014 est essentiellement reliée à la fin de la seconde SQRI (31 mars 2013). Ces crédits, que les Fonds recevaient depuis six ans, n’étaient pas pérennisés, ni inclus dans les budgets de base des Fonds. Cela représente une coupure de 30 % pour le Fonds de recherche du Québec – Nature et technologies (FRQNT) et de 13 % pour chacun des deux autres. La hauteur du budget de chaque Fonds correspond à celle qui prévalait avant le lancement de la première SQRI en 2007. Les dirigeants des Fonds et les membres des conseils d’administration auront à discuter en février prochain de divers scénarios possibles pour boucler les budgets 2013-2014. Il va sans dire que nous travaillons aussi très étroitement avec le cabinet du ministre et le Ministère afin de trouver des mesures plus acceptables et qui ne mettraient pas en péril l’existence même de certains programmes ou de certains centres ou équipes de recherche. Nous vous tiendrons informés de tout développement à cet effet, et vous remercions pour votre appui en ces temps difficiles. En cherchant tous ensemble, de concert avec notre ministre et nos partenaires, je suis sûr que nous trouverons des solutions; je vous rappelle que la priorité du gouvernement est la création d’une véritable société du savoir.

Un mot sur les grands projets de recherche intersectorielle

Comme vous le savez, en septembre dernier, un forum d’orientation sur la recherche nordique a été organisé par la directrice scientifique du FRQNT, Maryse Lassonde, auquel ont participé plusieurs chercheurs du domaine et toutes les directions des universités. Ce forum a permis de préciser les outils et approches qui devraient faciliter et promouvoir les activités de recherche en milieu nordique (voir les présentations), l’idée de la création d’un consortium basé sur les réseaux et équipes actuels ayant la faveur de la majorité des intervenants. Bien que nous ayons l’espoir de lancer ce programme dès que possible, nous devons cependant tenir compte de la situation budgétaire actuelle. Il en va de même pour le projet intersectoriel Vieillir en santé (voir le compte-rendu du Forum qui a eu lieu le 27 novembre dernier); nous en sommes à évaluer l’impact économique positif d’une telle stratégie. Deux autres forums d’orientation auront lieu au cours des prochains mois, l’un sur le rôle des arts et de la culture dans la société québécoise et l’autre sur le développement durable. Il est aussi prévu d’en tenir un sur la formation aux études supérieures, quelque part au début du printemps après le Sommet sur l’enseignement supérieur; ce forum sera sous la responsabilité de Normand Labrie, directeur scientifique du Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC). Nous espérons être en mesure de donner suite à ces forums d’orientation dans le cadre de la future PNRI.

Finalement, plusieurs activités des Fonds sont prévues dans le cadre du prochain congrès de l’Acfas qui aura lieu à Québec en mai, dont une session sur l’état de la recherche au Québec et une autre sur nos valeureux jeunes étudiants-chercheurs étoiles (voir le site FRQ soulignant la présence de quelques-uns d’entre eux lors de la dernière remise des Prix du Québec). Nous espérons tous vous y rencontrer. Au plaisir de recevoir vos commentaires et suggestions sur les initiatives décrites dans ce message ou sur toute autre question liée aux trois Fonds de recherche du Québec.

Rémi Quirion, O.C., C.Q., Ph. D., MSRC

 

Visitez le portail des Fonds de recherche : www.frq.gouv.qc.ca

« Retour aux messages de la communauté